Le projet - Neufcour
20012
page-template-default,page,page-id-20012,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-2.2.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive
Vue aérienne depuis la rue Churchill actuellement en cul de sac - Croquis de Christoph Menzel

Vue aérienne depuis la rue Churchill actuellement en cul de sac – Croquis de Christoph Menzel

 

Afin de répondre aux évolutions démographiques attendues (accroissement du nombre d’habitants et diminution de la taille moyenne des ménages – estimations établies sur base des chiffres fournis par le Bureau fédéral du plan), il faudrait, d’ici 2040, créer 1.300 nouveaux logements sur le territoire de Fléron. L’éco-quartier de Wérister, qui sera aménagé sur l’ancien site des charbonnages du même nom entend, apporter une partie de la réponse à ce défi (création de 300 à 400 logements).

Le site est la propriété de la SA Compagnie Financière de Neufcour. D’une surface totale de 105.750 m2, il est totalement enclavé dans le tissu urbanisé (mixte) situé à proximité du centre urbain de Fléron et de Beyne-Heusay. Il est contigu au RAVeL (ligne 38) et à des implantations d’activités économiques au Nord, aux quartiers résidentiels de Romsée au Sud, de Fléron à l’Est et à l’amorce du vallon boisé du ruisseau de Beyne à l’Ouest. Il est situé à proximité de la N3 qui relie le Pays de Herve à Liège. Le site est inscrit au Plan de Secteur comme Zone d’Aménagement Communal Concerté (ZACC).

Si en 1995 le site a fait l’objet d’un Schéma Directeur avec une affectation essentiellement économique et de manière très marginale résidentielle, celle-ci ne s’avère plus compatible aujourd’hui avec sa localisation dans un tissu urbain largement résidentiel. En conséquence, le Schéma de Structure Communal (SSC) et le Règlement communal d’Urbanisme (RCU) ont proposé d’affecter la ZACC à l’habitat au sein de l’aire différenciée n°4 : « zone urbanisable-noyaux périphériques-aire en appui au centre villageois ». L’objectif de cette aire est de faire la transition entre d’une part le centre ancien et d’autre part, le bâti discontinu en périphérie.
Le Conseil Communal a marqué son accord de principe pour la mise en œuvre de cette ZACC lors de la séance publique du 16 octobre 2007.

 

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

 

Image issue présentation de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

 

Développer un éco-quartier sur le site des anciens charbonnages de Wérister offre l’opportunité de transformer une ancienne friche industrielle en une zone d’habitat dense qui prolonge le bâti déjà existant à Romsée.

Ce projet d’éco-quartier permettra de répondre à la demande de nouveaux logements sur cette portion du territoire de l’agglomération liégeoise et de mettre en œuvre le principe premier d’un aménagement du territoire durable : l’usage parcimonieux du sol. Il permettra d’urbaniser mieux et plus intensément le territoire de Fléron et de rejoindre ainsi les objectifs fixés par la Wallonie en matière d’urbanisation : développer des noyaux d’habitat plus denses et exploiter les territoires à haut potentiel de développement durable situés autour de centres et disposant d’un nœud de transport en commun et d’une diversité de services.

 

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

 

 

 

Historique du site

 

Le futur éco-quartier est situé sur le site des anciens charbonnages de Wérister.

 

Dans les environs de Romsée, l’exploitation du charbon se faisait déjà au début du 13ème siècle. Une première exploitation est enregistrée à Wérister, en 1594, dans une propriété appartenant à l’héritière de Jean Goesvin, bourgmestre de Liège.

C’est au 19ème siècle que débutera réellement l’histoire moderne de la mine de Wérister. D’une concession “mère” située sur Beyne-Heusay et Romsée, celle-ci va s’étendre au fur et à mesure des années, absorbant les concessions de Nooz-Donné, Fonds des Fawes, Foxhalle, Onhons, Grand’Fontaine, Cowette-Ruffin, les Steppes, Trou-Souris-Houlleux-Homvent, Basse-Ransy, la Chartreuse et la Rochette.

Au début du 20ème siècle, les Charbonnages de Wérister avaient une production annuelle d’environ 142.000 tonnes de charbon et comptaient, pour l’ensemble de leurs sites, un personnel de 500 personnes environ, essentiellement constitué de mineurs de fond et de personnel de surface.

 

1960p_©WS_WeristerRomseeOuest-002_300_Resized

 

Wérister n’était pas uniquement une importante société minière, elle était également pionnière dans des domaines à priori antagonistes : la technique et l’aspect social.

Au troisième quart du 19ème siècle, les Charbonnages de Wérister créeront l’une des premières fabriques d’agglomérées du continent européen. A l’aube des années 1930, ils lanceront la première centrale électrique de charbonnage qui alimente à la fois le charbonnage et certaines communes avoisinantes. Dans le domaine social, à l’issue de la première guerre mondiale, la société charbonnière créera un système d’allocations familiales pour son personnel, alors que la généralisation de cette allocation à tous les travailleurs du pays ne sera rendue obligatoire qu’en 1930. Quelques années plus tard, la société charbonnière mettra en place l’équivalent d’un comité de sécurité et d’hygiène, vingt ans avant leur création par une loi de 1946.

Durant les deux Guerres mondiales, Wérister résistera à sa manière en augmentant artificiellement son personnel afin d’éviter la déportation à de nombreuses personnes. Par ailleurs, la société achètera des denrées alimentaires en faveur de ses ouvriers et les aidera à cultiver des terrains qu’elle a mis à leur disposition.

 

C’est en mai 1967 que les dernières berlines de charbons sont extraites. Le siège social de Romsée fermera définitivement ses portes. Les puits, la centrale électrique, les installations de traitement du minerai ainsi que les voies de raccordement à la ligne 38 seront détruits dans les années 1980. Seuls subsisteront quelques bâtiments dont celui qui abrite aujourd’hui les bureaux de la S.A. Compagnie Financière de Neufcour, issue de la scission des Charbonnages de Wérister.

 

 

 

 

Mobilité, densité et équipements

 

La mobilité

 

Le futur éco-quartier de Wérister s’insert dans un territoire bien desservi en transports en commun. Cette situation privilégiée permettra de favoriser les modes de déplacements doux. De par sa situation proche de la N3, l’éco-quartier profitera d’un service de bus adéquat, avec 3 arrêts présents dans un périmètre de 400 mètres du site. Différentes lignes desservent ainsi Liège, le Pays de Herve et la Vallée de la Vesdre :

 

  • Lignes 10 et 38b vers Liège (haute cadence de l’ordre de 6 à 8 minutes en heure de pointe)
  • Ligne 33 vers Trooz (faible cadence)
  • Ligne 28 vers le Sart-Tilman (faible cadence)
  • Lignes 69 et 68 vers Liège (faible cadence)
  • Lignes 268 et 68 vers Soumagne (faible cadence)
  • Lignes 38b et 69 vers Verviers (faible cadence)

 

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

 

L’éco-quartier de Wérister est bordé au nord-est par le RAVeL n°38 qui constitue la colonne vertébrale des déplacements en modes doux du Pays de Herve. Cette infrastructure sera utilisée de manière intensive, non seulement pour les loisirs mais également pour les déplacements quotidiens, de Bois de Breux jusque Herve. L’éco-quartier de Wérister y est connecté via un axe de mobilité douce interne au site. Le RAVeL permettra une liaison sécurisée avec Chênée, Vaux-Sous-Chèvremont, Beyne-Heusay et Fléron, jusqu’à Herve et plus loin. Par ailleurs, le RAVeL 38 sera prochainement relié au centre de Liège grâce à la connexion planifiée entre le RAVeL 5 et celui de l’Ourthe.

 

 

Les équipements de proximité

 

La disponibilité d’équipements et de fonctions diverses à proximité est un atout important pour l’éco-quartier de Wérister qui possède plus de 15 fonctions identifiées dans son entourage immédiat : écoles, services publics (administration communale, bibliothèque, polyclinique, hall sportif, police), marché, Maison de l’emploi, commerces, PME). L’éco-quartier se situe à proximité immédiate du centre de Fléron, des commerces localisés le long de la N3, sans oublier les PME présentes au nord de l’éco-quartier. Ces différentes fonctions se trouvent à moins de 700 mètres autour du site. Elles restent accessibles à pieds ou en vélo et permettent de réduire l’usage de l’automobile.

 

    Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

    Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

 

Afin de compléter l’offre d’équipements de proximité il a été proposé, en concertation avec les pouvoirs publics, de développer une fonction commerciale (moyenne surface, etc.) au sein de l’éco-quartier de Wérister. Ces nouveaux commerces seront implantés rue Churchill afin qu’ils soient facilement accessibles aux habitants de l’éco-quartier et ceux des quartiers riverains.

 

 

La densité de l’habitat

 

Les besoins identifiés en matière de logement nécessitent la création de logements uni-familiaux de type maisons isolées, jumelées ou mitoyennes ainsi que d’immeubles à appartements. Ces nouveaux logements doivent répondre à la demande de jeunes ménages mais aussi de ménages monoparentaux et de personnes âgées. Différents types de nouveaux logements sont prévus sur le site de l’éco-quartier :

 

  • 100 à 150 logements pour familles (ménages de 3 personnes ou plus – essentiellement en maisons unifamiliales semi-mitoyennes ou mitoyennes voire en appartements)
  • 200 à 250 unités de logement pour ménages d’une ou deux personnes (appartements « classiques », duplex dans des maisons kangourou, voire petites maisons)

 

Soit de 300 à 400 nouveaux logements.

 

Sur base d’une moyenne de 3,8 habitants pour les logements « familiaux » et de 1,5 habitants pour les « petits » logements, l’éco-quartier devrait accueillir de l’ordre de 750 à 875 nouveaux habitants.

 

Tout comme la mobilité et la mixité fonctionnelle du site, la densité de logement est un facteur important qui permet de caractériser la dimension durable d’un éco-quartier. Inséré dans un espace urbain dense, le site de Wérister est entouré par un habitat de type ouvrier. Environ 120 maisons seront construites selon des gabarits proches de l’habitat avoisinant afin d’obtenir une bonne intégration d’ensemble. Le reste sera complété par des appartements.

En l’état actuel le projet de Wérister prévoit un taux de 35 à 40 logements par hectare urbanisé, taux supérieur à celui prôné par « le Référentiel quartiers durables » wallon en la matière (30 logements par hectare urbanisé).

 

 

    Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

 

 

 

Economie d’énergie et énergies renouvelables

 

 

L’habitat mitoyen

 

Un habitat dense implique également de la mitoyenneté entre bâtiments. Celle-ci est un facteur important d’économies d’énergie. Le taux de mitoyenneté du projet d’éco-quartier de Wérister est supérieur à 50%, répondant ainsi aux critères du “Référentiel quartiers durables”.

 

 

Valorisation de l’énergie solaire

 

Afin de réduire la consommation d’énergies pour le chauffage et l’éclairage des habitations, un éco-quartier doit tenir compte de l’ensoleillement de chaque bâtiment afin de profiter de l’énergie offerte par le soleil. Dans le cas du projet d’éco-quartier de Wérister, plus de 60% des habitations respectent le critère d’ensoleillement énoncé par le « Référentiel quartiers durables » en Wallonie.

 

 

Isolation des bâtiments

 

Afin de réduire la consommation globale de l’éco-quartier en énergies pour le chauffage, il est important de bien isoler les bâtiments. Suivant la législation wallonne en la matière, les bâtiments qui seront construits suivront la norme PEB en vigueur voire des normes plus sévères.

 

 

Energies renouvelables

 

Les énergies renouvelables sont des enjeux importants pour la bonne gestion de l’énergie. Il a été décidé d’installer des panneaux photovoltaïques sur le site. Ceux-ci seront installés sur le dispositif de confinement des terres polluées situé le long de la rue Churchill.

 

 

 

Les milieux naturels

 

La valeur biologique globale du site du futur éco-quartier est actuellement insignifiante car le site est essentiellement une friche d’anciens charbonnages.
Il est toutefois important de souligner que le site s’insère dans un contexte végétalisé diversifié avec jardins, et coulée verte en bordure du RAVeL, bois de Beyne, etc.
D’une manière générale, les options d’affectation et d’aménagement du sol permettront d’accroître de manière substantielle la qualité et la diversité biologique du site. Le projet d’assainissement prévoit la création d’une colline de confinement qui sera végétalisée.

 

    Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

 

La mise en œuvre de l’éco-quartier de Wérister s’accompagnera de la création d’un axe vert structurant comprenant une noue paysagère (fossé peu profond et large, végétalisé, qui recueille provisoirement de l’eau, soit pour l’évacuer via un trop-plein, soit pour l’évaporer ou pour l’infiltrer sur place permettant ainsi la reconstitution les nappes phréatiques), des espaces de rencontre arborés et des alignements d’arbres le long des principales voiries ainsi que les futures plantations au sein des jardins privatifs. Tous ces éléments contribueront à créer une diversité végétale et biologique interne dans le cadre d’un plan d’ensemble paysager. Cela permettra également de créer un biotope favorable à la faune avicole. La végétalisation de ce site permettra en outre de multiplier les liens avec les ensembles végétaux situés en périphérie.

 

 

Paysage

 

D’un point de vue paysager, le site est peu visible de l’extérieur. Néanmoins, la structure des espaces publics et les cheminements prévus contribueront à l’intégrer dans la structure globale de Romsée.

 

La création d’une coulée verte transversale avec un cheminement pour modes doux va créer de nouvelles vues au cœur de l’îlot créant une nouvelle perspective entre Romsée et le RAVeL.

 

 

Gestion des eaux pluviales

 

La collecte des eaux usées et pluviales sera assurée par un système séparatif partiel avec pour objectif de temporiser la partie publique des eaux pluviales sur le site par des processus les plus naturels possibles, tels que noue et bassin d’orage paysager.

 

Des mesures seront prises afin de favoriser l’infiltration ou le stockage contrôlé des eaux de ruissellement avant leur retour vers le milieu naturel via :

 

  1. La limitation des surfaces imperméabilisées par utilisation de matériaux perméables (gravier, pavés drainant, dalles gazon, … )
  2. La mise en place d’un système séparant les eaux pluviales des eaux usées au niveau des habitations : citernes d’eau récoltant les eaux pluviales de chaque immeuble afin d’être réutilisées
  3. La mise en œuvre d’un ou plusieurs ouvrage(s) de retenue/infiltration (noues, bassin d’orage paysager). Ces dispositifs seront localisés notamment dans le parc et la coulée verte traversant le site du sud-ouest au nord-est. Les eaux usées et le surplus non temporisé des eaux pluviales seront gravitairement orientés vers le réseau d’égouttage existant au nord du site.

 

L’objectif est de créer un effet temporisateur aussi long que possible permettant d’évacuer graduellement les eaux de pluies.

 

 

Les égouts

 

Le site est repris en « régime d’assainissement collectif – aménagement différé ». Son futur réseau d’égouttage sera raccordé au réseau d’égouttage existant situé au nord du site. Les eaux usées seront traitées dans la station d’épuration de Liège-Oupeye

Les débits générés par le futur éco-quartier seront faibles et ne devraient en aucun cas saturer le réseau d’égouttage existant.

 

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

 

 

Les espaces publics

 

Le défi de l’urbanisation du site repose sur trois principes :

 

  • la création d’un nouveau quartier résidentiel diversifié, durable et en lien avec le tissu urbain proche
  • la prééminence des modes doux par rapport aux véhicules particuliers via un réseau de cheminements structuré par le RAVeL et établissant des liens vers les quartiers proches
  • la mise en place d’un réseau d’espaces publics intégré à l’axe vert structurant (cf. plus haut) comprenant notamment une grande noue transversale ainsi  qu’une colline verdurisée, confinant de manière sécurisée les terres polluées issues du décapage du site (voir ci-dessous).

 

 

Prise en compte du passé industriel du site

 

La pollution des sols du site a nécessité la définition d’un plan d’assainissement se traduisant de manière concrète par la réalisation d’un site de confinement. Ce site prendra la forme d’une colline verdurisée implantée en bordure ouest du site. Afin de garantir la pérennité des conditions de sécurité, il n’est pas opportun que ce site puisse être accessible. Après excavation des portions polluées du site, une épaisseur suffisante de bonnes terres sera mise en place afin de permettre la réalisation de jardins dans la partie résidentielle du site.

 

A l’entrée sud du site, un espace de rencontre plus minéral et plus urbain marquera l’amorce de l’axe vert structurant. Il constituera un lieu convivial de convergence entre Romsée et le nouveau quartier et pourrait comprendre de petits équipements de jeux pour enfants sans pour autant compromettre l’implantation d’installations temporaires liés aux fêtes du village.
Les abords des immeubles collectifs seront traités dans un plan d’ensemble et gérés de manière collective sous la forme d’une copropriété ; leur traitement paysager devra permettre de concilier sécurité et protection de ces espaces non publics et une forme d’appropriation par les habitants du quartier.

 

A proximité du futur éco-quartier de Wérister, différents espaces verts publics sont directement accessibles (plaine de jeu Dessart, Place Hector Denis, etc.). Il est également prévu de créer deux nouveaux espaces publics situés en début et fin de la liaison piétonne qui connectera l’éco-quartier au RAVeL.

 

Cette trame verte, constituée des jardins privés connectés à l’axe vert structurant de l’éco-quartier, se prolonge via le RAVeL. Cet axe se renforce également au travers des arbres qui seront plantés dans les rues de l’éco-quartier, sans oublier la colline verte de terres encapsulées située coté rue Churchill.

 

Par ailleurs, les espaces verts sont des lieux sociaux importants favorisant les rencontres et la détente. C’est pour cela qu’un nouveau quartier durable doit pouvoir maintenir des espaces verts existants mais également en créer de nouveaux. Ainsi, 2,4 ha de nouveaux espaces verts seront créés. En dépassant largement les 30% d’espaces verts totaux, l’éco-quartier de Wérister répond largement au critère spécifique du “Référentiel quartiers durables”.

 

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

 

 

Assainissement du site

 

NEUFCOUR_WERISTER_Boulets_agglomeres

 

Suite aux activités industrielles passées des charbonnages et notamment la production de boulets de combustion (au 19ème siècle), une partie des sols du site est pollué par des métaux lourds et des hydrocarbures. Ces polluants ont été identifiés en 2006 et 2007 lors d’échantillonnage et d’analyse sur le terrain.
L’assainissement prévoit un traitement de la nappe des craies jusqu’à atteinte des valeurs seuils autorisées. Pour ce qui est de la couche supérieure, dans la partie nord du site, une couverture des remblais sera réalisée. Elle sera doublée d’un ajout de terre saine par-dessus ou couverture de protection (route, etc.).
Dans la partie sud du site, les matériaux pollués seront regroupés dans un dispositif de confinement complété d’un système de drainage et de récupération des eaux.

 

Au final, la colline que formera le confinement deviendra un nouvel espace vert qui profitera à la nature. Au sommet seront installés des panneaux photovoltaïques.

 

Coupe schématique du confinement (Extrait du plan d’assainissement – Siterem 2010)

Coupe schématique du confinement
(Extrait du plan d’assainissement – Siterem 2010)

 

 

Stabilité du sol

 

Les mines de Wérister sont fermées depuis 1967. Six puits de mines étaient présents sur le site.

 

Il est généralement admis que l’influence, à la surface, d’un charbonnage exploité d’une manière régulière cesse dans les dix années qui suivent la fin des travaux. Or l’exploitation minière sur le site du futur éco-quartier est terminée depuis plus de 40 ans. Cette règle est appliquée par la Direction des risques industriels, géologiques et miniers (Cellule Mines) du SPW.

 

En matière de contraintes techniques et administratives, le projet respectera le principe d’une zone non-aedificandi autour des puits de mines.

 

Deux puits seront dégagés afin d’être mis en valeur d’un point de vue patrimonial.

 

 

 

Les aménagements

 

Liaisons du quartier

 

Un des objectifs poursuivis par l’aménagement du site est de privilégier les modes doux. Les itinéraires pour ces modes doux formeront un réseau bénéficiant de raccourcis. Les croisements entre chemins et voiries carrossables seront traités sous la forme d’espace partagé. De petits espaces publics ou de rencontre feront partie intégrante de ce réseau de modes doux. L’utilisation de revêtements les plus perméables favorisera l’infiltration.

 

Les cheminements seront bordés de dispositifs d’isolement pour garantir une intimité suffisante des riverains et minimiser les besoins d’entretien.
Ces cheminements seront établis selon deux axes structurants autonomes :

 

  • Le RAVeL bordant le site au nord
  • La transversale comprenant une noue paysagère bordée d’un cheminement reliant Romsée au RAVeL traversant le site. Cet axe sera complété par deux espaces de rencontre à ses deux extrémités, l’un arboré au nord et l’autre minéral au sud

 

Les chemins cyclo-pédestres offrant des connexions vers l’école de Romsée, vers la N3 (et ses arrêts de bus) ainsi que la plaine de jeux Dessart seront développés.

 

Les places et placettes ponctuant le site feront partie intégrante de ce réseau des espaces partagés où les modes doux auront la prééminence par rapport aux véhicules particuliers. Ces espaces de rencontre sont conçus comme des espaces partagés avec installation de bancs et plantation d’arbres singularisant chacun de ces espaces.

 

La conception d‘un espace partagé situé à l’entrée de site, à proximité du cœur de Romsée, intégrera les contraintes liées à l’implantation temporaire d’équipements propres aux fêtes du village. Dans tous ces espaces, les aires imperméabilisées seront également réduites au minimum nécessaire.

 

 

Réseau des voiries pour véhicules

 

En voiture, l’accès principal à l’éco-quartier se fera via la rue Churchill. La structure des voiries carrossables du site sera composée de 2 niveaux de voiries : les axes structurants greffés à la rue Winston Churchill et au carrefour formé avec la rue de Romsée, d’une part, et les dessertes locales d’autre part.

 

L’aménagement des deux axes principaux de desserte du site doit permettre de répondre aux besoins de stationnement des visiteurs voire même des habitants de l’éco-quartier. Il s’agit de :

  • l’axe reliant (du nord au sud) le centre de Romsée au cœur du site avec l’ancien siège social du charbonnage comme point d’appel
  • l’axe traversant d’est en ouest le site de la rue Winston Churchill jusqu’aux abords du RAVeL et il pourrait être susceptible d’être prolongé à terme de manière urbaine jusqu’à la N3

 

La vitesse de déplacement dans l’éco-quartier sera limitée afin de laisser la priorité aux piétons et vélos. La structure et la typologie des voiries, la priorité accordée aux modes doux contribuera à éviter non seulement tout trafic de transit mais surtout toute vitesse excessive, permettant de garantir la quiétude et la sécurité dans ce nouveau quartier résidentiel.

 

Les dessertes locales seront d’une largeur limitée au strict nécessaire pour assurer la desserte par véhicules. Elles se présenteront sous la forme de culs de sac de part et d’autre de la coulée transversale ne permettant que le passage temporaire des véhicules de service public (pompiers, ambulance, etc.) ou de manière exceptionnelle des véhicules particuliers. Ces dessertes du cœur de l’éco-quartier sont obligatoirement des espaces partagés.

 

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

 

A terme, le nouveau éco-quartier devrait comprendre de l’ordre de 300 à 400 nouveaux logements accueillant entre 750 à 875 habitants auxquels se rajouteront les employés des commerces de proximité prévus rue Churchill ou de services susceptibles de s’implanter au rez-de-chaussée de quelques immeubles à appartements.

 

Les commerces de proximité seront a vocation strictement locale, accessibles par modes de déplacement doux.

 

Le trafic quotidien généré par l’éco-quartier devrait être négligeable. Vu la localisation du site et la diversité croissante des motivations et des moments de déplacements, les mouvements se disperseront de manière relativement équilibrée vers Liège, Fléron et Vaux/Chênée pour l’essentiel.

 

 

Stationnements

 

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

 

L’aménagement du site répondra de manière globale aux besoins de stationnement générés par les activités économiques, des habitants et de leurs visiteurs respectifs avec un emplacement par logement au minimum.

 

Chaque bâtiment disposera d’un local suffisant pour le rangement de vélos. Ce local doit se situer dans le cheminement naturel et aisé entre l’espace public et l’entrée du logement. Du stationnement vélo est également prévu pour les visiteurs ainsi qu’aux abords des placettes et entrées du site.

 

Pour les immeubles à appartements les emplacements de parking seront implantés de préférence en sous-sol.

 

Dans le cœur de l’éco-quartier, le stationnement des véhicules sera organisé sous des formes variées et intégrées d’un point de vue paysager, en privilégiant le parcage des véhicules hors du volume résidentiel et sans que cela soit concrétisé nécessairement sur la même parcelle que le logement, par exemple sous la forme de petits groupements distincts.

 

 

Patrimoine

 

L’éco-quartier est construit sur l’ancien site des charbonnages de Wérister. On retrouve sur ce lieu les anciens bureaux des mines qui servent encore aujourd’hui de siège social à la SA Compagnie Financière de Neufcour, ainsi que quelques bâtiments industriels. Ces bâtiments patrimoniaux, lié au passé minier du pays de Liège, sont les derniers présents sur le site de Wérister. Ce patrimoine, chargé d’histoire, restera en l’état au sein de l’éco-quartier. A terme, il est prévu de transformer le siège social de la SA Compagnie Financière de Neufcour en appartements et bureaux.

 

NEUFCOUR_Batiment_Werister_patrimoine_600

 

 

 

La mixité et la participation

 

    Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

Image issue de la présentation lors de la réunion préalable d’information à la population du 25 juin 2014

 

Afin de favoriser la mixité sociale au sein de l’éco-quartier de Wérister, il est important de prévoir différents types de logements répondant aux besoins de différents types de ménages. Il est ainsi prévu de développer des logements d’une chambre (ou studios – 10% minimum), deux (10% minimum) ou trois chambres et plus (10% minimum). Ici également le projet répondra aux prescrits du « Référentiel des quartiers durables ».

 

Par ailleurs, les espaces publics prévus aux deux extrémités de l’axe transversal de l’éco-quartier et les différentes placettes prévues favoriseront la rencontre entre les habitants du quartier et renforceront le lien social.

 

L’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite (PMR) est prévue pour les appartements, conformément à la législation en vigueur.

 

 

La participation citoyenne

Conformément aux dispositions du Code du droit de l’Environnement, le 25 juin 2014, la SA Compagnie Financière de Neufcour a organisé une réunion d’information préalable du public afin de :

  1. Permettre au promoteur de présenter son projet d’éco-quartier et la procédure d’évaluation des incidences du projet sur l’environnement;
  2. Permettre au public de s’informer et d’émettre ses observations et suggestions concernant le projet ;
  3. Mettre en évidence des points particuliers qui pourraient être abordés dans l’étude d’incidences ;
  4. Présenter des alternatives techniques pouvant raisonnablement être envisagées par le demandeur et afin qu’il en soit tenu compte lors de la réalisation de l’étude d’incidences.

 

NEUFCOUR_WERISTER_Journee_Patrimoine_public_02

Par ailleurs, à l’occasion des journées du Patrimoine 2013, la SA Compagnie Financière de Neufcour, en collaboration avec Bleny-Mine, a présenté le passé historique et patrimonial des anciens charbonnage de Wérister et son projet de reconversion du site en éco-quartier.

 

NEUFCOUR_WERISTER_Journee_Patrimoine_public_01